Pour Info - FSU - En ligne


Accueil > N°505 - Du 25 février au 1er mars - 2013 > Se mobiliser ici, en Europe et avec les grecs

Se mobiliser ici, en Europe et avec les grecs

mardi 26 février 2013  Enregistrer au format PDF


« Le taux de chômage continue de voler de record en record dans la zone euro, où il a atteint 11,8% en novembre et touche particulièrement les pays soumis aux plus fortes cures d’austérité, comme l’Espagne et la Grèce, et rien ne semble indiquer un inversement de tendance. »
Céline Loubette AFP, 8 janvier 2013

La crise européenne et ses conséquences humaines ne cessent de s’aggraver. A ce jour, les mobilisations nationales ne trouvent pas d’issue. L’austérité, nouvelle forme de la pensée unique en Europe, poursuit son œuvre de destruction de l’emploi, des droits sociaux, des salaires et des services publics. La transition écologique et sociale est remise à demain, alors qu’elle devrait être au cœur de la réponse aux questions de la dette et de la montée du chômage. Dans ce contexte, la démarche européenne d’Altersummit appelle la mobilisation de la FSU, de l’ensemble de ses structures et de ses adhérent-es.

Fin novembre 2012 a été diffusée la Lettre Altersummit n°1 de la FSU. Y étaient notamment présentées l’origine et la démarche de l’Altersummit http://www.snesup.fr/Presse-et-documentation?aid=6507&ptid=5&cid=3765 .

Organisé à l’échelle européenne, l’Altersummit regroupe :
- des syndicats nationaux (CGT, Solidaires et FSU pour les français),
- des associations (Attac, Copernic, les Economistes Atterrés, Espace Marx, LDH, Roosevelt 2012, AC !, la Fédé de la Maison des potes, Ars Industrialis et le Collectif national Audit Citoyen (CAC), pour les françaises),
- des réseaux ou organisations européennes (CES, trois fédérations syndicales européennes - services publics, éducation (CSEE) et transports -, Marche mondiale des femmes, CADTM, Association européenne des droits de l’Homme, Greenpeace Europe, Transform !, Euromarches...).

Les revendications communes et les urgences portées par le réseau Altersummit se précisent et donnent lieu à un document, à ce stade titré « Mémorandum des peuples », dont vous trouverez la version de travail à l’adresse http://www.snesup.fr/Le-Snesup/L-actualite-du-SUP?aid=6571&ptid=5. Une présentation selon quatre thèmes est confirmée : dette ; austérité/transition écologique ; droits sociaux et revenus ; banques. Vous y verrez que les titres des thèmes sont autant de slogans de l’Altersummit. La démocratie y occupe une place centrale : le sous-titre du document est « Notre démocratie doit détruire l’austérité… avant que l’austérité ne détruise la démocratie ! »

Le calendrier se précise. La CES appelle ses syndicats à des mobilisations nationales le mercredi 13 mars (et organise un rassemblement à Bruxelles le 14). L’Altersummit appelle à y participer et à y faire connaître ses slogans, analyses et revendications. Auparavant, l’Altersummit appelle à participer aux manifestations du 8 mars, journée internationale de lutte pour les droits des femmes. Enfin, la mobilisation européenne de l’Altersummit de ce 1er semestre 2013 culminera avec un Sommet alternatif, les 7, 8 et 9 juin 2013 à Athènes.
La mobilisation des grecs dans le processus prend aujourd’hui de l’ampleur avec la participation des deux principales centrales syndicales (ADEDY, GSEE), d’autres syndicats dont la centrale d’Athènes qui regroupe plus de 500 syndicats, des mouvements (féministes, jeunes, Attac, réseaux de solidarité…) et d’organisations politiques. Le caractère unitaire et large du groupe de travail grec donne sa pleine dimension à cette étape de l’Altersummit du mois de juin à Athènes.
Des mobilisations seront programmées en France « Sur la route d’Athènes », notamment au mois de mai. Une coordination nationale Altersummit se réunit depuis l’automne 2012. Elle travaille en relation avec le collectif national pour un audit citoyen, lequel a réuni ses collectifs locaux le 12 janvier dernier à Paris. Ceux-ci, pour lesquels la dimension européenne fait partie des fondamentaux, ont marqué leur volonté d’intégrer l’Altersummit dans leurs activités.
Des réunions publiques seront organisées au niveau local.
Pour permettre l’implication des organisations locales, pour aller au-delà du public militant, et pour faire le lien entre nos mobilisations d’ici et le processus de l’Altersummit, des manifestations concrètes de solidarité avec les luttes des peuples d’Europe du Sud, notamment du peuple grec, seront organisées. Des jumelages sont possibles.

Cela concerne le secteur de la santé pour lequel des contacts sont déjà pris. D’autres domaines des luttes liées aux plans d’austérité peuvent être l’occasion d’initiatives de solidarité : la privatisation des services publics en Grèce, par exemple de l’eau, au bénéfice des multinationales françaises et allemandes, les questions du logement, de la précarité et des licenciements, et de l’éducation.
Cela ouvre pour les sections départementales et les syndicats nationaux de la FSU des possibilités d’implication concrète en commençant par l’information sur ces initiatives auprès de nos adhérent-es.

Les fédérations départementales et régionales de la FSU sont invitées à organiser des débats sur le projet de « Mémorandum des peuples », en propre et dans des cadres unitaires, et plus largement à mettre l’Altersummit à leur agenda.

Lettre Alter Sommet n°2


RSS 2.0 | Plan du site | Réalisé avec SPIP | Site national de la FSU