Pour Info - FSU - En ligne


Accueil > POUR ELLES Spécial parité - janvier 2014 > Place des femmes dans les syndicats et parité Union syndicale Solidaires (...)

Place des femmes dans les syndicats et parité Union syndicale Solidaires Interview d’Annick Coupé, 2013

mardi 28 janvier 2014  Enregistrer au format PDF


L’Union syndicale Solidaires a adopté lors du congrès national de 2008, dans le préambule des statuts sur les « valeurs » que Solidaires « s’inscrivait dans une démarche féministe en agissant pour l’égalité entre les hommes et les femmes ». Pour autant, on reste loin du compte ! La parité n’est pas inscrite dans les textes de Solidaires pour l’instant ; il n’y a pas de mesure de quotas ou de places réservées.
Des Fédérations de Solidaires ont instauré des « quotas » dans leur instance nationale : la Fédération SUD Ptt par exemple a un quota de 36 % de femmes dans son bureau national (18 places sur 50) ; mais cela reste « exceptionnel ». Cette disposition a été mise en place dès la création de Sud Ptt en 1989 après un débat un peu difficile à l’époque (cela a d’abord été 25 % en 1989 puis 36 % en 1996). Il est clair que cette disposition statutaire à obligé la fédération à faire preuve de volontarisme à chaque renouvellement du bureau national et que si il n’y avait pas eu cette contrainte, « naturellement » des hommes auraient remplacé des femmes au fil du temps… Il a parfois fallu laisser des places vacantes pendant quelques temps faute de candidates mais cela a obligé les structures à rechercher des solutions et comme par hasard, en cherchant, on a trouvé des militantes pour assurer ces responsabilités !

L’enjeu, c’est bien que ce débat ne reste pas au niveau national mais qu’il « descende » au niveau des syndicats départementaux, ce qui est loin d’être le cas.

Au-delà des quotas, il reste difficile dans l’Union syndicale Solidaires d’avoir des données chiffrées sur la place des femmes dans nos adhérent-es et dans nos structures. Nous n’avons pas la possibilité d’avoir les chiffres car chaque fédération / syndicat national qui compose Solidaires n’a pas nécessairement de fichier national de ses adhérent-es (les Fédérations de syndicats départementaux par exemple) et même quand elles en ont un, toutes n’ont pas genré leurs statistiques… Ce qui prouve d’ailleurs les difficultés sur cette question ! Cela fait partie des questions que nous voulons soulever à l’occasion du prochain congrès national en 2014.

Pour autant, nous avions fait une enquête interne pour le congrès de 2005 qui avait donné les résultats suivants (à l’époque, les 25 plus grosses organisations avaient répondu) :
- les femmes représentaient 46 % des adhérent-es de l’ensemble de ces organisations, mais si on enlevait le syndicat des impôts qui avait à l’époque 64 % de femmes parmi ses adhérent-es, on tombait à 36 %…
Ces chiffres n’ont pas beaucoup changé et on doit être entre 40 et 45 % de taux de féminisation des adhérent-es sur l’ensemble des organisations de Solidaires et les 100 000 adhérent-es que cela représente .

Le problème n’est pas tant celui des adhérent-es que celui des responsables et des prises de responsabilité… Lors des comités nationaux et des bureaux nationaux de Solidaires, on ne dépasse jamais les 30 % de femmes et au dernier congrès, on était à 31 % de femmes dans les délégué-es : en légère progression puisqu’en 2005, c’était 25,8 % et en 2008, c’était 28,6 %…

Face à cette situation, quels leviers ?

La Commission femmes

Peu d’organisations professionnelles y participaient : on a réussi à élargir aujourd’hui puisque 15 organisations nationales environ y participent plus ou moins régulièrement. Elle se réunit environ tous les deux mois. Elle travaille sur les questions d’actualité revendicative, (négociations égalité pro, mesures gouvernementales, divers projet de loi et conséquences pour les femmes…), le lien avec les campagnes du mouvement féministe, l’aspect femmes dans la politique de formation interprofessionnelle de Solidaires, le matériel public (tracts, dépliant violences, guide des droits des femmes…), la préparation des journées intersyndicales femmes, la place des femmes dans Solidaires…

Les journées intersyndicales femmes

La participation importante de militantes de Solidaires (entre 150 et 200) chaque année aux journées intersyndicales femmes a contribué à une prise de conscience de la nécessité d’agir dans les structures pour faire bouger les choses. Cela constitue un « réseau » de militantes motivées sur les questions femmes dans les syndicats de Solidaires.

La formation syndicale

Des modules de formation spécifiques ont été mis en place sur l’égalité professionnelle dans le secteur privé, la déconstruction des stéréotypes (formation « stéréotypes et inégalités ») ou la prise en charge syndicale des violences faites aux femmes. Il reste à généraliser ces formations dans les différentes régions et à mieux intégrer dans les formations « généralistes » ( les élu-es CE, DP, CHSCT, équipes syndicales….) la dimension de genre, ce qui est loin encore d’être le cas.

Le prochain congrès national

La commission a proposé qu’une résolution spécifique soit prévue pour le prochain congrès national de Solidaires (juin 2014) qui portera aussi bien sur l’aspect « plate-forme revendicative », que sur l’aspect « place des femmes », y compris en intégrant la question de la représentation des femmes dans les instances de Solidaires. L’objectif étant que chaque organisation de Solidaires fasse un travail en interne sur ses propres réalités : pourcentage d’adhérentes, place dans les structures, prise en charge de la dimension de genre dans les revendications et dans les négociations (NAO(1), négociations égalité pro, analyse des bilans sociaux et du RSC(2)…). Si ce travail est mené à bien, ce congrès devrait être une étape pour une meilleure prise en compte de ces enjeux par l’ensemble des structures de Solidaires, aussi bien les Fédérations professionnelles nationales que les Solidaires départementaux.

1) négociation annuelle obligatoire

2) rapport de situation comparée


RSS 2.0 | Plan du site | Réalisé avec SPIP | Site national de la FSU