Pour Info - FSU - En ligne


Accueil > POUR INFO Spécial congrès 2013, contributions aux thèmes > PERTE D’AUTONOMIE : PLEURE PAS PENELOPE

PERTE D’AUTONOMIE : PLEURE PAS PENELOPE

jeudi 20 décembre 2012  Enregistrer au format PDF


La perte d’autonomie, quelle que soit son origine handicap, accident de la vie, vieillissement) est un problème posé à notre société. Une loi est annoncée pour 2014. Une nouvelle séquence s’ouvre. Notre congrès de Lille a créé une commission actifs/retraités qui a élaboré deux documents validés par le CDFN. Ils ont servi de base aux audiences ministérielles, aux débats avec les syndicats, les mutuelles.
Nous regrettons que le texte préparatoire ne s’appuie pas sur ce travail et nous proposons de le reprendre comme base de réflexion.

Les services publics comme réponse solidaire à la perte d’autonomie
Nous demandons la création d’un droit universel, sans condition d’âge ni de ressources . Les services publics doivent assurer à tous l’accès sur l’ensemble du territoire. Ils sont pilotés par un organisme public national, pérenne, chargé de mettre en cohérence et de suivre la mise en œuvre des politiques prenant en compte les réalités locales au plus proche des besoins et l’ensemble des dimensions de cette question (structures hospitalières, de soins, d’accueil, accès au logement social, aux transports, à la culture, développement de la prévention, de la médecine du travail…). Organisme national et décentralisé associant élus, représentants des personnels, personnels médicaux, représentants des mouvements associatifs des usagers et des salariés.

Des personnels bien formés, avec des perspectives professionnelles
Nous proposons de construire des référentiels de formation communs à l’ensemble des formations et des modules spécifiques à chaque métier. Ces parties communes devant permettre la coordination des interventions, les échanges d’expérience, l’analyse des signaux d’alerte. Il faut assurer la formation continue pour améliorer le service rendu. L’Education nationale est garante du contenu de la formation et de la validation.

Qualifiés, les personnels doivent intégrer un statut relevant de la FPT ou de FPH avec une gestion départementale

Un financement repensé

Le financement de la protection sociale, dont celui de la perte d’autonomie est une composante, est un enjeu politique majeur qui recouvre la conception, les choix de notre pays en matière de financements solidaires. Le débat sur le 5ème risque ou 5ème branche est dépassé.
Aujourd’hui les financements – 24 milliards, 1,2% du PIB (60% assurance maladie, 20 % départements, autres acteurs), sont croisés (publics, organismes sociaux et acteurs privés). Ils sont loin de répondre aux besoins. Nos propositions s’inscrivent dans le cadre d’une fiscalité plus juste et d’une réforme sur la structure des prélèvements existants. Ce financement doit être assuré par la solidarité nationale dans le cadre existant de la sécurité sociale.

Décider vite

Le congrès de la FSU doit poursuivre la réflexion à partir des documents de mars 2012 pour franchir une nouvelle étape et peser afin que le gouvernement décide vite de premières orientations et mesures, engage un débat de fond sur les axes d’une véritable politique pour compenser la perte d’autonomie. La FSU doit proposer à nos différents partenaires d’engager une campagne de mobilisation et de débats.

Joël Chenet
Collectif d’Animation SFRN


RSS 2.0 | Plan du site | Réalisé avec SPIP | Site national de la FSU