Pour Info - FSU - En ligne


Accueil > POUR INFO Spécial congrès 2013, contributions aux thèmes > Loi Sauvadet : au nom de la « résorption de la précarité »

Loi Sauvadet : au nom de la « résorption de la précarité »

jeudi 20 décembre 2012  Enregistrer au format PDF


Un cheval de Troie contre le statut de la Fonction Publique

La FSU n’a pas signé le protocole d’accord dit sur la « résorption de la précarité ». La direction de la FSU, contrainte à la non signature par la prise de position de plusieurs syndicats nationaux et instances syndicales, n’a pourtant eu de cesse de contourner cette décision. Elle a immédiatement décidé de participer à toutes les concertations portant sur le suivi de l’accord. Et la direction du SNES propose même de modifier les statuts de la fédération… pour s’assurer que cela ne se reproduise pas.

Mais venons en au fond : que contient ce protocole et la loi Sauvadet qui en découle, adopté avec un bel enthousiasme par l’ancienne majorité UMP à l’Assemblée en mars juste avant d’etre battue aux élections de mai-juin 2012 !

Dans CNRS hebdo, le directeur des ressources humaines, Coudroy s’en explique en toute franchise : « Les ressources allouées au CNRS sont limitatives. La cinquantaine de CDI conclus en 2012 a réduit d’autant le nombre de postes ouverts au concours en 2012. »

Il ne s’agit donc nullement de réduire la précarité, mais fermer la porte de la titularisation comme fonctionnaires aux précaires.

Et Coudroy précise l’objectif des concertations avec les directions syndicales : « Nous discutons de l’équilibre à trouver entre d’une part, le recrutement par la voie nouvelle de CDIsation et d’autre part, le mode normal de recrutement au CNRS qui reste le concours comme dans toute la Fonction Publique. »
Il s’agit d’instaurer dans un premier temps un double statut comme transition vers la liquidation totale du statut de la Fonction Publique. C’est ce qu’on pourrait appeler la procédure France Telecom où le processus arrive aujourd’hui à son terme.

Et c’est cela qui nous est vendu par la direction de la FSU comme une « avancée » dans la lutte contre la précarité ! A l’inverse la responsabilité de la FSU est de se prononcer :
- Abrogation de la loi Sauvadet, rupture de la concertation pour sa mise en œuvre
- Réemploi à temps plein de tous les vacataires, contractuels, précaires
- Titularisation massive des précaires à leur niveau de qualification par l’ouverture de postes à des concours internes

Marie-Claire Saint-Lager,
élue Front Unique à la CA nationale
du SNCS


RSS 2.0 | Plan du site | Réalisé avec SPIP | Site national de la FSU