Pour Info - FSU - En ligne


Accueil > POUR INFO Spécial congrès 2013, contributions aux thèmes > Le MSJEP va devoir quitter la sphère des ministères sociaux

Le MSJEP va devoir quitter la sphère des ministères sociaux

jeudi 20 décembre 2012  Enregistrer au format PDF


La constitution d’un Ministère de plein exercice (M. SJEPVA) en mai 2012 s’est réalisée sans remise en cause des dégradations opérées par la RGPP et la RéATE : dissolution de sa GRH spécifique, dilution départementale en directions interministérielles, fusion régionale avec ce qui reste du ministère de la Santé, lui-même atomisé en Agences Régionales de Santé, destruction du tiers du réseau d’établissements publics nationaux et destruction d’emplois, dont toute la filière administrative héritée de l’Éducation.

Ce ministère « éducation populaire, jeunesse et sport » est né à la Libération au sein de l’Éducation Nationale. La direction de l’éducation populaire a été créée pour porter comme nécessité démocratique la construction et l’apprentissage de contrepouvoirs citoyens, dans un domaine de compétences partagées avec des mouvements d’éducation agréés. La mission de l’État a consisté à former des cadres de mouvements, soutenir des politiques publiques d’équipements, d’emploi, de formation, de développement des pratiques culturelles.
À cette même époque l’organisation du sport est définie par ordonnance en tant que compétence d’État, positionnant le sport comme enjeu d’intérêt général d’émancipation. Prenant autonomie de l’Éducation Nationale, directions des sports et d’éducation populaire ont été associées malgré leurs spécificités d’intervention, leurs cadres juridiques différents. Il n’existe pas de loi cadre de l’éducation populaire alors qu’une loi sur le sport, en tant qu’activités physiques et sportives (APS), organise en France de larges délégations publiques au mouvement sportif. Une culture commune lie les deux directions, celles d’actions éducatives et culturelles.

Intégrer « SJEPVA » dans les ministères sociaux est plus qu’une réduction de voilure liée au dessein politique, cela transforme en profondeur et en approche régalienne les missions d’un État qui devrait être garant du service public, de la démocratisation, de l’éducation et de l’émancipation. La jeunesse est mise en dispositifs, renvoyée à des politiques locales disparates. Les associations sont des structures économiques rejoignant souvent des problématiques d’entreprise. Le sport est mis au service de la cohésion sociale, de la santé, de la jeunesse, ou encore de l’attractivité du pays et des territoires notamment à travers des événements sportifs. Ces instrumentalisations diluent le sport et empêchent sa démocratisation culturelle. L’apprentissage de la citoyenneté est renvoyé aux familles, éventuellement à l’École, sinon à la Police ou à la Justice. Tous les métiers perdent du sens.

La FSU demande la sortie du MSJEPVA de la sphère des ministères sociaux. Ses moyens doivent être renforcés en fonctionnaires et son budget augmenté. Sa structuration administrative doit être modifiée pour être rendue cohérente et efficace : Les pans de services « Education populaire, vie associative, jeunesse et sports » qui perdurent dans les DDCS et DDCSPP doivent être développés dans une structure spécifique du MSJEPVA régional déclinée au plan départemental. Il en va du maintien des missions nationales éducatives et culturelles de ce ministère qui doivent être pleinement reconnues pour ne pas être exposées aux clientélismes et lobbies, ni victimes des inégalités territoriales qui se creusent dans un contexte de décentralisation amplifié

EPA – SNEP


RSS 2.0 | Plan du site | Réalisé avec SPIP | Site national de la FSU