Pour Info - FSU - En ligne


Accueil > POUR ELLES spécial congrès 2013 n°2 > La parité n’est pas une maladie sexuellement transmissible

La parité n’est pas une maladie sexuellement transmissible

vendredi 1er février 2013  Enregistrer au format PDF


Voici revenu le temps du congrès et avec lui un point d’étape sur la situation comparée des femmes et des hommes dans nos instances.
Si dans certaines instances, la présence s’affirme, il n’en reste pas moins que malgré un taux de syndicalisation intéressant, les femmes peinent à intégrer les instances.

Quelques exemples

Taux de présence des femmes dans la profession selon le syndicat concernéTaux de syndicalisation des femmes
SNICS 96,3 95,7
SNES 60 ?4 63 ?7
SNEP 43,7 46,3
SNUEP 48,5 53
SNUIPP 81,6 75,75
SNU Pôle Emploi 76 76,43
SNPES-PJJ 59,76 57
SNUASFP 96,2 95,1

On remarque qu’il n’y a pas de faiblesse numérique des femmes dans la profession... ni dans les syndicats.
Les chiffres qui suivent concernent la situation examinée à chaque congrès.

LE CDFN :

Congrès de Lille
TitulairesSuppléant-e-s
Femmes 32,5 40,13
Hommes 64,77 59,8
CDFN Comparaison F/H Marseille/Lille
MarseilleLille
Femmes 38,86 32,5
Hommes 61,64 64,77

Les femmes sont plus souvent suppléantes. Il y a un léger tassement de la présence des femmes depuis le congrès de Lille. Il faudrait analyser plus finement le taux de présence à chaque CDFN parce qu’avec le jeu des suppléant-es, il est possible que le taux de présence des femmes soit encore plus faible.


BDFN, composition, congrès de Lille (en pourcentages)
TitulairesSuppléant-e-s
Femmes 40 31,9
Hommes 60 68
BDFN, comparaison F/H Marseille/Lille
MarseilleLille
Femmes 32,08 40
Hommes 68 60

Les sections départementales

23 femmes (25 %) et 79 hommes assument les fonctions de secrétaire départemental-e FSU, un % plus intéressant pour la présence des femmes par rapport à 2010 (22 %). C’est la collégialité des sections qui assure le mieux leur présence.

Répartition F/H dans les SD selon le mode de fonctionnement 2012
CollégialesSeul-sTotal
Femmes 18 14 32
Hommes 27 68 95
Taux des temmes selon le mode de fonctionnement
CollégialesSeulesTotal
Femmes 40 17 25

Et les décharges ?

C’est un des moyens essentiels permettant un investissement militant qui assure la conciliation des temps de vie… Le graphique suivant ne prend en compte que les décharges attribuées par la FSU aux sections départementales. Il donne donc une vue partielle de la réalité qui reste complexe à décrypter.

181 femmes sont déchargées pour 306 hommes ! le différentiel F/H est très important. Les femmes sont presque moitié moins nombreuses que les hommes à avoir une décharge. Cela ne veut pas dire qu’elles ne sont pas investies dans des tâches militantes, mais aucun indicateur ne nous permet de considérer si leur présence est en adéquation avec ces attributions horaires. Quelle que soit la quotité, les femmes sont moins nombreuses que les hommes.

Répartition des décharges FSU 2012 pour les SD, nombre de F/H par tranche de quotité

0De 0,01 à 0,04De 0,05 à 0,09De 0,10 à 0,14De 0,15 à 0,19De 0,20 à 0,29De 0,30 à 0,34De 0,35 à 0,45De 0,46 à 0,55De 0,5 à 0,83
Femmes 8 16 46 44 20 2 6 14 4 0
Hommes 16 13 55 71 38 24 17 15 8 9

Concernant les CTA, 50,6 % de femmes étaient candidates, 45 % ont été élues, 36,6 % étaient tête de liste.

Cherchez l’erreur !

Camarades militant-e-s, encore un petit effort


RSS 2.0 | Plan du site | Réalisé avec SPIP | Site national de la FSU