Pour Info - FSU - En ligne


Editorial :

jeudi 11 octobre 2012  Enregistrer au format PDF

Femmes et austérité, la situation inégalitaire des femmes s’aggrave !


Le gouvernement français s’apprête à signer le pacte européen d’austérité qui impose aux États de ne pas dépasser un déficit de 0,5 %. Signer ce « pacte » implique obligatoirement des coupes budgétaires importantes dans les dépenses publiques (éducation, santé, protection sociale…) et des dégradations manifestes de nos droits sociaux dans les pays d’Europe. À l’instar de la Grèce, de l’Espagne et du Portugal, ce sont évidemment les personnes les plus pauvres et les plus précaires qui subiront massivement les effets délétères de ces politiques d’austérité. Et ce sont les femmes qui seront les premières touchées par ce démantèlement des services publics, par le chômage et par la baisse du pouvoir d’achat. Car le temps partiel, les emplois précaires, les inégalités salariales, les moindres développements de carrière… sont féminins et, en parallèle de cette paupérisation des femmes, ce sont les acquis féministes qui sont attaquées comme la remise en cause du droit à l’IVG, à la santé, au travail…

Devant les effets dévastateurs de ces politiques qui remettent en cause l’autonomie des femmes et donc leur émancipation, des féministes européennes de différentes organisations et associations dont la Marche Mondiale des Femmes (MMF où la FSU est partie prenante) se sont réunies pour contribuer à une mobilisation européenne des femmes contre la dette.

Une tournée féministe – « Dette illégitime, austérité, crash social et féminisme »- a démarré en France. Dans chaque ville ont où auront lieu ses rencontres, des militant-es de syndicats, d’organisations politiques et d’associations tenteront de construire ensemble un front de résistance à l’échelle européenne.

De son côté, la MMF démarre une campagne européenne : « les gouvernements ont une dette envers les femmes et non envers les banques ! ». Le 17 octobre, journée internationale contre la pauvreté, sera une première journée d’action dans toutes les villes européennes qui devra permettre une meilleure visibilité des effets de la crise sur la vie des femmes.

Contre la dette et les politiques d’austérité, les femmes et leur-e-s allié-e-s doivent s’organiser et trouver des convergences pour une société plus juste, pour un modèle social qui soit garant de l’émancipation et de la liberté de toutes et tous ! La FSU s’engage dans cette lutte et y participera.

Le secteur Femmes de la FSU organise les 15 et 16 novembre un stage où, entre autres, les impacts des mesures d’austérité sur la vie des femmes seront abordées et débattues - voir programme complet dans cette lettre-. Le 25 et 26 mars, les sessions de formation organisées par l’intersyndicale Femmes FSU-CGT- Union syndicale Solidaires évoqueront aussi ce thème. Les inscriptions sont ouvertes dès maintenant.


Frédérique Payen et Sigrid Gérardin


RSS 2.0 | Plan du site | Réalisé avec SPIP | Site national de la FSU