Pour Info - FSU - En ligne


Accueil > POUR INFO Spécial congrès 2013, contributions aux thèmes > Après la nouvelle offensive contre Gaza : la FSU doit appeler au boycott (...)

Après la nouvelle offensive contre Gaza : la FSU doit appeler au boycott d’Israël

jeudi 20 décembre 2012  Enregistrer au format PDF


En novembre dernier, le gouvernement Lieberman-Netanyahu s’est livré à une nouvelle boucherie contre le peuple palestinien. « Autodéfense », proclamait-il : pourtant, le journal Haaretz expliquait à propos du chef militaire du Hamas, abattu par Tsahal, qu’il n’était qu’ « un sous-traitant, en charge du maintien de la sécurité d’Israël dans la bande de Gaza » !
La réalité est que, fidèle à sa nature, l’État d’Israël a écrit une nouvelle page de son histoire coloniale – écrite comme toujours dans le sang des palestiniens. Mais il faut aller plus loin : deux ans après la vague partie de Tunisie, qui a renversé deux tyrans proches de Paris et Washington, le gouvernement Lieberman-Netanyahu a voulu réaffirmer l’ « ordre » impérialiste dont il est le gendarme et le bénéficiaire.

Opération soutenue par les principaux tenants de cet « ordre ». À Washington, d’abord : en octobre ont eu lieu les manoeuvres américano-israéliennes les plus importantes de l’histoire ; en juillet, offrant une subvention exceptionnelle à Tsahal, Obama a surclassé Bush en matière d’aides militaires à Israël. Il a ensuite proclamé sur toutes les ondes soutenir le prétendu « droit d’Israël à se défendre »...
Mais Hollande n’a pas été en reste, qui a accueilli Netanyahu quinze jours avant les premiers bombardements : une diplomatie en continuité totale avec celle de Sarkozy.
Face à ce « front uni » des oppresseurs, la tradition du mouvement ouvrier est de se placer du côté des opprimés. Entre l’État d’Israël, armé et soutenu par les métropoles impérialistes, et le peuple palestinien isolé, la FSU doit se placer sans équivoque aux côté du peuple palestinien.

Mais dans son communiqué du 3 décembre, la direction fédérale se situe à l’exact opposé de cela : elle s’y « félicite » d’un vote à l’ONU, se « réjouit » de la position du quai d’Orsay et salue comme « un pas vers la Paix » cette opération d’enfumage planétaire, sur les cendres encore tièdes de Gaza. Quelle honte ! Un strapontin d’ « observateur » a été octroyé à Mahmoud Abbas ? La belle affaire ! Netanyahu lui-même a commenté ce non-évènement : « ça ne changera rien sur le terrain ».
Sur le terrain, la répression s’abat sur les jeunes de Cisjordanie, le blocus de Gaza s’est amplifié. La colonisation de la Palestine, continue depuis 1948, s’accélère : c’est tout cela que l’offensive israélienne a réaffirmé, et tout cela que l’ONU voudrait faire oublier. L’aide au peuple palestinien ne viendra pas de cette « caverne de brigands » !

Alors, assez de suppliques aux assassins, à leur « droit international » qui n’est que mystification : la FSU peut et doit appeler à l’organisation effective du boycott d’Israël à tous les niveaux (transports, distribution, recherche...) et s’adresser aux confédérations ouvrières dans ce sens. C’est ainsi, et ainsi seulement, que pourra être donné un coup d’arrêt à ce massacre.

Yvon Breda, Front Unique


RSS 2.0 | Plan du site | Réalisé avec SPIP | Site national de la FSU